Griots

LES GRIOTS

 

Les griots, à la fois conteurs, historiens, musiciens, philosophes, constituent ce que l’on appelle la « mémoire vivante de l’Afrique« . Ils sont considérés comme les dépositaires de la tradition orale. En Afrique, il n’y avait  pas d’écrits et le griot faisait office de mémoire collective.

Les chants de louanges et les épopées sont l’apanage exclusif des griots.

Le griot qui récite une épopée ou chante des éloges s’accompagne toujours de son instrument de musique.

Le fait que les épopées se transmettent presque exclusivement par voie orale soulève évidemment la question de la relation entre les versions actuelles et leurs modèles, ainsi que celle de la valeur des épopées comme sources historiques. Un griot expérimenté ne se contredit jamais concernant le fond d’un épisode, même si la présentation n’est pas à chaque fois identique ; et il reprend plusieurs images et expressions d’une récitation à l’autre.

Le griot apprenait le plus souvent son métier auprès d’un proche parent, mais il pouvait compléter cette formation par des séjours auprès d’autres familles de griots, voire en visitant les villages et autres lieux mentionnés dans les épopées.

Les griots, au sens strict du terme (chanteurs-musiciens castés), se trouvent dans une dizaine de sociétés africaines. Mais leur fonction varie selon qu’ils appartiennent à tel ou tel peuple. Le griot est un véritable artiste, dont les rôles de poète et de musicien sont indissociables ; mais il est aussi homme d’histoire et de lettres, chroniqueur, poète, juge, moraliste et professeur.

L’institution des griots est fort ancienne en Afrique occidentale. On a détecté sa présence vers 1350. Balla Fasséké, appartenant à l’ethnie mandingue, est considéré comme le premier griot en Afrique.

Le terme français griot provient probablement du mot Wolof « géwel », qui désigne un musicien casté de cette ethnie.
Selon une autre hypothèse, il provient du portugais « criado » : domestique. Le terme apparaît pour la première fois en français avec l’orthographe « guiro », dans le récit d’un voyage au Sénégal d’Alexis de Saint-Lô (1637). Le terme griotte est utilisé en français pour désigner les femmes de statut griot, tout comme leurs maris, spécialisées dans le chant la musique et la danse.
Cependant, ce terme est également utilisé pour désigner n’importe quel musicien ou chanteur africain qui est amené à faire l’éloge fervent d’une autre personne.

 

Lire la suite…